Prêt Immobilier

Prêt Immobilier

Taux d’emprunt : Pourquoi négocier un taux bas me fait économiser ?

Avant les périodes de crise, les banques n’ont pas hésité à frapper fort au niveau des taux d’intérêt pour le prêt immobilier. De ce fait, les novices qui n’ont pas fait appel à des professionnels pour les négociations en sont victimes. Par conséquent, les profits devenaient très considérables au niveau de ces établissements. Pourtant, cette crise les a tétanisés. Le secteur a connu un des moments les plus déficitaires. Pour regrimper les échelons, ils sont revenus avec des taux remarquablement bas, incitant ainsi plusieurs ménages à y avoir recours.
En effet, la première chose que l’on voit lors du choix de l’offre de crédit immobilier est le taux d’emprunt. Donc forcément, il sera le premier paramètre assujetti à une négociation. Le taux d’emprunt correspond à la somme en plus qu’on doit verser à l’organisme de prêt au moment du remboursement. Étant donné que le paiement se fait suivant les mensualités, les résultats des négociations ne sont percevables que lorsqu’il est cumulé. Un taux d’intérêt bas signifie qu’il a été diminué par rapport à sa valeur initiale sans que la durée du remboursement ne change pas. Après une collaboration avec de bonnes mains, les emprunteurs peuvent aller jusqu’à économiser des milliers d’euros. Il est alors plus que nécessaire, pour se faire pas mal d’économie, de préluder les négociations à partir de ce taux.
Pourtant, plusieurs autres facteurs doivent faire l’objet de négociations très sérieuses. Si l'on veut aboutir à un prêt plus qu’avantageux, l’idéal serait de collaborer avec les professionnels représentés par le courtier. Quand il est question de négocier, forcément, il est l’homme de la situation. Depuis l’élaboration du profil de l’emprunteur à la conclusion du contrat, et même dans d’éventuelles renégociations, les courtiers professionnels et de renom sauront dans quelle direction où mettre les pieds.
Beaucoup ne se soucient pas de la durée du crédit. Or, celle-ci compte énormément dans l’efficience des opérations. Il est important d’obtenir une durée d’au moins 10ans, mais ne dépassant pas 20 ans. Il y a aussi la valeur attribuée au remboursement anticipé si la banque procède de cette manière. Cette dernière joue un rôle de sécurité pour les banques dans le cas où il se produirait des mésententes et que le client va voir les autres concurrences. Mais elle n’existe pas toujours. Lors des négociations, le courtier peut faire en sorte de la supprimer du contrat ou du moins l’abaisser au mieux au profit de son client. Depuis quelque temps, une loi est apparue dans le but de donner à l’emprunteur le droit de confier ses assurances aux compagnies d’assurances qui sont nettement moins dispendieuses que celles dispensées par la banque. Et puis, finalement les frais de préparation du dossier. Dans son métier, les courtiers savent à quel point les banques peuvent profiter des aspirants. Effectivement, ce dernier point peut constituer une somme très importante s’il n’est pas négocié.
Les négociations des taux d’emprunt ne suffisent plus pour pouvoir effectuer une économie estimable. Celle-ci ne sera tangible que vers la fin du contrat. Cependant, on peut en faire encore plus si dès le début de l’engagement, tous les points relatifs au contrat seraient négociés. Les banques n’accepteront jamais de cautionner un procédé dans lequel elles sortiraient perdantes. En conséquence et dans tous les cas, pour un contrat bien négocié, notamment par un courtier, les deux parties ne seront que des bénéficiaires. De cette manière, les autres formes de profits effectuées par ces établissements de prêt n’auraient pas eu le temps d’être.
Avoir un taux d’emprunt bas, c’est bien, mais bénéficier de la diminution résultant des négociations de tous les paramètres sources de dépenses, c’est mieux.


Contrat de prêt immobilier : quels bons conseils pour économiser ?


Dans le cadre d’une acquisition immobilière, il est important de bien maitriser tous les facteurs qui peuvent influer sur le coût d’un contrat de prêt.
Avant d’aborder un banquier, il est vivement conseillé aux emprunteurs de se renseigner au minimum sur le sujet. A commencer par les différents risques d’une telle démarche. Il est important de maitriser les coûts et donc de ne pas s’éparpiller.
En théorie, cependant, il existe plusieurs moyens de faire baisser le montant de son prêt immobilier et donc d’économiser. Le premier conseil est de toujours faire jouer la concurrence. Tous les contrats immobiliers ne se ressemblent pas. Pour avoir une vue d’ensemble plus concrètes, il peut être utile de déposer votre projet auprès de plusieurs établissements financiers. Il ne faut pas hésiter à demander des tableaux d’échéances et d’amortissements.
Cependant, il existe des centaines d’offres sur le marché et il est très compliqué de les différencier. Il en est de même pour les contrats d’assurance de prêt. Le conseil le plus avisé est certainement de faire appel à un courtier pour mieux cibler les offres. Il pourra sélectionner et proposer les meilleures offres en matière de taux de crédit ou encore de contrat d’assurance. Il pourra aussi les négocier si besoin est.
Son pouvoir de négociation s’étend à l’infini et il peut intervenir dans plusieurs domaines. Ce qu’il faut savoir en ce qui concerne le crédit immobilier, c’est que tout se négocie du taux de crédit aux frais de dossiers, de l’assurance prêt à l’hypothèque ou encore le rachat de crédit etc. Les services d’un courtier peuvent faire économiser des milliers d’euros sur l’assurance et autant sur le crédit lui-même.
Il est important aussi d’être constamment informé même une fois que le contrat de prêt est signé car de nouvelles lois ou de nouveaux produits plus avantageux font leur apparition et peuvent être profitables. Comme la loi Hamon qui donne aux emprunteurs la possibilité de changer d’assurance de prêt un an après la signature du contrat de prêt s’il juge que la première assurance leur coûte trop chère. Pendant la période d’exécution du contrat donc, l’emprunteur à le pouvoir de baisser les taux d’intérêt ou le montant des pénalités. Pour cela, la première chose à faire est de dialoguer et négocier directement avec son banquier. Ce dernier possède toujours une marge de manœuvre en cas de difficultés de l’emprunteur.
Il est important aussi d’être très attentif au contrat de prêt et notamment aux clauses. Si des vices de forme ou des erreurs de calculs se sont glissés dans votre contrat de prêt, il est possible de demander des réparations voire de négocier votre contrat.
Le conseil suivant s’applique surtout pour les emprunteurs qui veulent bénéficier d’un nouveau taux d’intérêt moins élevé. Il s’agit du « rachat de crédit ». Il est effectué le plus souvent auprès d’une autre banque. Mais son utilisation doit faire l’objet de beaucoup d’attention car il engage des frais supplémentaires qui s’ils sont trop élevés, rendent le rachat peu intéressant voire défavorable.
Dans l’ensemble, il est possible de disposer par exemple d’une liste des aides dont un emprunteur peut bénéficier dans le cadre d’un prêt immobilier. Il est aussi conseillé d’utiliser autant que possible tous les petits prêts à taux zéro qui peuvent apporter une aide supplémentaire. Ils sont souvent considérés comme des apports personnels.
Un prêt immobilier peut aussi avoir des conséquences indirectes sur les économies personnelles d’un emprunteur. En effet, un contrat de prêt peut conduire à une déduction fiscale. Il est donc essentiel de se renseigner dans quelles conditions cette loi fiscale s’applique-t-elle.


Renégocier mon prêt : comment réduire mes mensualités ?

La réduction des mensualités peut être un moyen intéressant pour parer à d’éventuels accidents de la vie comme une baisse de revenu. Cette solution est idéale pour rééquilibrer votre budget en cours de prêt.
Il existe deux méthodes pour réduire le montant des échéances mensuelles. La première est de rallonger la durée du crédit.
Cette négociation est faisable au niveau de sa propre banque. Vous n’aurez donc pas forcément besoin d’aller négocier un rachat de crédit avec une nouvelle banque. Pour réduire les mensualités par cette méthode, il n’y a rien de plus simple que d’engager directement le dialogue avec son banquier.
Seulement, votre banque peut vous imposer beaucoup de conditions souvent intenables. Tout d’abord, pour que la négociation soit possible, il faut vérifier que votre contrat de prêt prévoie une « clause de modularité » qui vous permette de renégocier votre mensualité à tout moment. Ces clauses peuvent concerner le report d’échéances, les différés d’amortissement ou la réduction des mensualités, ou encore le rallongement de la durée. Il est donc essentiel que vous négociez cette clause avant la signature du contrat de prêt. Si votre contrat actuel ne vous le permet pas, vous avez intérêt à changer de banque et à renégocier votre prêt à condition de ne pas avoir des pénalités rendant l’opération sans intérêt.
Néanmoins soyez vigilant sur l’utilisation de cette clause. En effet, si cette réduction peut vous sauver la mise à un moment donné, elle peut aussi avoir un impact important sur le coût final de l’opération.
Cette démarche a plusieurs conséquences. D’abord, elle risque d’augmenter la durée du crédit puisque le remboursement des mensualités s’étalera sur une durée beaucoup plus longue qu’initialement prévu. En contrepartie, votre taux d’endettement devient plus raisonnable. Mais les intérêts couvriront aussi sur toute cette durée supplémentaire ce qui fait que le coût final du prêt pourrait augmenter.
Mais si l’opération vous semble encore trop coûteuse ou si la négociation n’aboutit pas avec votre banquier, n’hésitez pas à faire jouer la concurrence. Il faut tenter un « rachat de crédit » qui vous permettra de fixer de nouvelles conditions pour les échéances à venir. Lors d’un rachat de crédit vous pouvez parfaitement négocier une mensualité plus abordable pour votre nouveau budget. Les mensualités seront réduites cette fois ci grâce à un taux d’emprunt plus bas. La méthode du rachat de crédit permet de baisser les mensualités jusqu’à 50 voire 60%.
Dans les deux cas, la meilleure solution est de passer par une société de courtage spécialisée. Elle dispose d’une marge confortable pour négocier directement avec votre banque et obtenir ainsi une réduction de manière significative.